mardi 10 août 2010

La sagesse de Space Ghost

Les mots, comme les pierres, font pencher la balance de la justice. Dans les bouches des méchants, ils peuvent blesser ou détruire, et également les bons peuvent s'en servir pour guérir ou construire. Souvent, ils se tassent comme un amas diffus; le pauvre interlocuteur ou lecteur qui veut démêler le matériau superflu des paroles précieuses se sent assujetti à un travail lourd. Quelquefois on découvre derrière les mots-murs, se cache une méchanceté cimentée d'une mauvaise foi. Nous bricolons parmi les mots-ruines, les mots-châteaux et les mots-cavernes en se construisant une vie, une identité ou juste un billet. Et on souhaite qu'après avoir mis dans la balance toutes les lourdes paroles méchantes, les mots nobles dans l'autre côté pèsent plus lourd.

Et me voilà, au bord de jeter une pierre, l'une après l'autre dans mes billets, mais avant que je ne vous parle de mes aventures dans le New Hampshire et le Vermont, je me sens obligé de vous prévenir que je serai rude, méchant, absurde et méprisant. Je risque du coup de faire pencher la balance en faveur de la méchanceté. Pire, je risque de cacher ma méchanceté derrière mon souci pour votre amour-propre.

En fait, s'il y a un type qui me dérange le plus, c'est celui qui annonce tout gaiement au monde qu'il est méchant. L'humour, la plaisanterie et la gaieté, étant irrésistibles, contredisent leur déclaration, et naturellement étant naïf au passé, je ne les croyais pas, mais lorsqu'il est arrivé le choix entre l'amour-propre et le sacrifice, j'ai découvert, souvent à mes dépens, qu'ils ont insisté avec un plaisir pervers d'être méchants. Tout surpris, je leur ai confirmé, « Mais voilà, vous êtes bien méchant. » Et tout sourire, ils m'ont avec hauteur dit « Oui, stupide, je t'en ai déjà averti. » Désormais quand ces types, que j'appelle « les points aigus », disent « je suis un grand méchant », je les crois. Je rirai à leurs plaisanteries, j'avouerai qu'ils sont drôles, mais je n'ignorerai jamais la pierre qu'ils tiennent dans leur bouche.

NON !

Et maintenant, je me mets dans le même sac. Et je vous demande, « est-ce qu'on a le droit d'être méchant ou impoli ? »

A mon avis, « je suis méchant » veut dire : « Je peux être méchant quand je le veux, mais vous êtes encore obligé de témoigner votre sympathie et tolérance. Quand je suis méchant, ne vous étonnez pas. Je vous ai déjà prévenu. Au cas où vous vous emporteriez contre ma méchanceté, vous auriez double tort. Tout d'abord, vous seriez méchant et vous vous prenez pour une âme sensible et aimable, et deuxièmement, vous vous mettriez en colère. Vous ne pouvez même pas vous contrôler, comme moi, un misérable méchant. Que vous êtes prétentieux ! »

Alors, je vous annonce que si vous vous mettiez en colère ou si je vous surprenais, vous auriez le droit de me le dire.

J'espère que c'est clair.

En attendant, j'aimerais proposer une autre formule aux méchants autoproclamés. Que vous suiviez l'exemple de Jonathan Richman dans sa chanson "I'm straight".



La chanson est magnifique, mais le clip est bête. Ne le regardez pas, juste écoutez. Il s'emporte juste un petit peu contre "Hippy Johnny". Il demande « Pourquoi toujours défoncé ? Comme Hippy Johnny ? Je suis "straight" » En anglais "straight" a beaucoup de connotations. La clarté d'expression, ce n'est pas toujours facile, mais je pense qu'il voulait dire droit, en ordre, clair, honnête, loyal, et certainement pas défoncé. Par ailleurs, il dit, « Je l'aime bien aussi, Hippy Johnny, mais s'il est si formidable, pourquoi ne peut-il pas prendre ce monde, et le prend "straight" ? Je suis "straight" ! »

M. Richman, il ne se cache pas, et il ne vise pas à attaquer "Hippy Johnny". Il ne veut qu'il dessoûle de temps en temps. Malheureusement, "Hippy Johnny" est toujours défoncé et il est devenu ridicule.

Encore un exemple avant que je ne vous quitte. Space Ghost est superhéros et imitateur d'Elvis qui chante "J'aime presque tout le monde." Il chante qu'il aime les poissons et les rouges-gorges qui font cui-cui. Il vous aime. Il s'aime. Il aime presque tout pourvu qu'il soit libre. Il aime presque tout le monde. Et au milieu de la chanson, Brak vous dit que l'amour est la plus belle chose du monde. L'amour et les mots d'amour nous unissent. Et tout cela vous fait presque pleurer, n'est-ce pas ?



Vous autres points aigus, arrêtez-vous votre méchanceté ! Ne se défoncez pas sur vos injures mal dissimulées ! Soyez "straight" ! Et dites que vous aimiez presque tout le monde !

4 commentaires:

Delphine a dit…

Difficile de distinguer le cynisme de la simple réflexion parmi tes mots GO, comme dans la plupart de tes billets d'ailleurs, comme les vidéos que tu nous montres et qui sont empruntes de ce même cynisme...

Ren du Braque a dit…

Bonjour Delphine, merci. J'accepte volontiers ton opinion.

Colo a dit…

Bonjour Ren, "Un homme averti en vaut deux" dit-on, haha, une femme aussi!
Tant qu'elle ne blesse pas directement un proche, ce que tu appelles méchanceté et Delphine cynisme, me semble vitale. Ricaner aussi.
Les seuls gens vraiment dangereux, et ils sont légion, sont les imbéciles comme le démontre C.M Cipolla dans "Allegro ma non troppo" que je te recommande vivement!
A bientôt.

Ren du Braque a dit…

Un grand merci pour "allegro ma non troppo". Je l'adore ! Une expression musicale, un conseil sage et apte pour notre siècle, et un conseil musical... ne joue pas trop vite.
A bientôt.