lundi 10 mai 2010

Trouvé et perdu

Hier soir, dans un sommeil mimétique de la mort j'ai eu un rêve. Une voix m'a déclaré que tout le monde a son propre dieu qui leur convient. Les égoïstes ont un dieu individualiste qui encourage l'égoïsme. Il est installé tout seul sur son piédestal sur lequel il a écrit « N'importe quoi. C'est ce que tu penses. » Les arrogants un dieu individualiste qui encourage l'arrogance. Il a un temple au centre de chaque ville où il regarde un instant en bas les petits gens, puis il pointe le nez en haut. Les hédonistes, s'ils ont le temps de se mettre la gueule hors du mangeoire, prient à leur dieu d'hédonisme, puis les goinfres se remettent à leur consommation. Moi, selon la voix désincarnée, je vois Dieu. Désincarné, partout et nulle part, âme et corps, bête et divin, le saint esprit m'a envahi un instant pour m'ouvrir les yeux. Je me suis levé dans un état légèrement euphorique. J'ai ensuite essayé de saisir l'essence de cet rêve. J'ai allumé la machine expresso et le bec à gaz alors que la lumière dans ma tête s'est éteinte.

J'ai bu mon café. J'ai parlé à M. Leau-d'eden. Et maintenant je dois aller au travail pendant que je cherche le Dieu désincarné parmi les incarnations de l'égoïsme, de l'arrogance et de l'hédonisme.

5 commentaires:

georges a dit…

Je vous découvre, amoureux certainement du français, cette langue qui m'est unique. Votre rêve, la façon que vous avez de le traiter, me fascine quelque peu : je ne rêve jamais de Dieu. Je suis fils des Lumières et j'approuve très souvent les démarches de notre iconauclaste national, Michel Onfray. Je vais m'intéresser à vous, votre démarche me semblant originale et justifiant bien un blog alors que le mien s'étiole et court un peu après tout sans rien attraper.
A bientôtglyoli

georges a dit…

Excusez les trois dernières lettres de mon "à bientôt" : ce sont celles qui permettent un CONTRÔLE,encore un!

Ren du Braque a dit…

Merci bien Georges. Je savais que mon rêve était métaphysique et surnaturel. Au début je pensais de n'en écrire rien, mais enfin j'ai pensé pourquoi pas...

georges a dit…

Oui, oui, il faut écrire sur nos rêves, les analyser, tâcher de voir ce qu'ils tentent de nous faire comprendre même si on sait qu'il y a un tel embrouillamini dans notre cerveau pendant le sommeil que l'on ne peut les prendre comme de l'argent comptant. C'est un excellent exercice.

Rosette ou Rosie, c'est pareil a dit…

Juste un petit clin d'oeil en passant pour te faire savoir que je te lis toujours, mais que ces jours-ci, je n'ai pas le temps de te laisser mon grain de sel, compte tenu de la compétitition à laquelle mon Amerloque et moi participerons dimanche prochain.... Rien de plus con que deux vieux croûtons, quoi!

Et sur ce, je vais prier auprès de Terpsichore, la déesse de la musique et de la danse... Je lui suis des plus ferventes depuis avril dernier! ;)

See you soon, Ren du Braque!